Votre voiture verte vous offre un avantage fiscal

Acheter une voiture verte à titre professionnel peut présenter, outre ceux liés à l’environnement, un avantage fiscal. Mais – parce qu’il y a un ‘mais’ – vote comptable a dû vous indiquer que cette possibilité entraînait aussi une compensation fiscale via le désormais célèbre avantage de toute nature imposable.

Celui-ci sera fonction de la valeur catalogue du véhicule et de ses émissions de CO2. La formule utilisée pour son calcul est [valeur catalogue x 5,5% x 6/7].

Trois choses à savoir :

1/ La valeur catalogue reprend le prix de la voiture neuve (TVA comprise) et des options. On ne tiendra pas compte des éventuelles remises accordées.

2/ Les 5,5% sont augmentés ou diminués de 0,1% par gramme de CO2 si les émissions du véhicule font plus ou moins 91 gr/km (pour un diesel) ou 110 gr (pour une essence).

Le législateur a bien évidemment établi des taux minimum et maximum de 4% et 18%. Notons au passage que l’avantage de toute nature imposable ne peut être inférieur à 1.200 EUR.

3/ L’avantage de toute nature, pour répondre à l’état réel du véhicule, diminue chaque année de 6% (avec un minimum de 70%).

 

Et cette fameuse voiture ‘verte’ ?

Acheter une voiture verte est-il fiscalement avantageux ? Là encore, votre comptable fera une distinction entre le contribuable en société et celui qui ne l’est pas.
En société, l’impôt sur l’avantage de toute nature est moins élevé. Le taux de déduction sera quant à lui plus élevé (de 50% à 120%).
En personne physique, la déductibilité des coûts n’est pas liée aux émissions de CO2.

Enfin, sachez que les Régions mettent en place des éco-malus pour inciter les gens à délaisser la voiture ou à en acheter une environnementalement plus correcte. À titre d’exemple, en Wallonie, cet éco-malus varie entre 100 et 2.500 EUR, et ce, en fonction des émissions de CO2.

En matière fiscale, les lois changent très régulièrement. Raison pour laquelle il est parfois difficile de déterminer les montants donnant droit à une déduction fiscale. Votre comptable peut vous aider à déterminer le vrai du faux. N’hésitez pas à prendre contact avec lui.